Les dangers du bronzage

De nos jours, bronzer idiot, c’est s’exposer plusieurs heures par jour, sous prétexte que l’on applique bien son écran total. Les dangers du soleil ? Ils sont plus que jamais d’actualité, puisqu’un cancer sur trois est un cancer de la peau. 

En Australie, 1 adulte sur 2 développe un mélanome avant 50 ans.Et quelque 6000 nouveaux cas sont dépistés chaque année, rien qu’en France.
Cela fait peur, mais ces craintes sont vite balayées, sitôt allongée sur le sable. A nous de rester informées pour bronzer certes, mais en bonne santé.

Savoir lire l’étiquette d’une crème solaire.

15, 20, 60… Ces chiffres correspondent au coefficient de protection du produit.
Avec un indice égal à 60, il vous faudra soixante fois plus de temps pour  » attraper  » un coup de soleil que si vous ne mettiez rien.
En théorie en tout cas. En pratique, ces chiffres valent pour les tests effectués en laboratoire : sur la plage, nous utilisons beaucoup moins de produit.
Un indice 60 tombe en réalité à 15 !

- SPF, IDP et CPS Ces 3 sigles ont la même signification. Ils indiquent le coefficient de protection d’un produit solaire vis-à-vis des ultraviotets B (UVB).

- IPD et PPD Calculés au moyen de 2 techniques différentes, ces sigles renseignent sur le degré de protection contre les UVA.

Préparer sa peau au soleil

Surtout pas avec des UV en cabine, même si j’en meurs d’envie.Les médecins sont formels : hormis pour quelques maladies cutanées, et selon un protocole précis, ces séances ne préparent pas la peau au soleil.
A l’inverse, ils la fragilisent, entraînant dessèchement, rides précoces, taches brunes?
Mieux vaut se procurer un complément nutritionnel composé de bêta-carotène, ou d’autres caroténoïdes (lycopène, lutéine), de sélénium, de polyphénols et de vitamines A, C, et E. Non seulement ils évitent la lucite estivale (intolérance au soleil), mais ils permettent de dorer plus vite en s’exposant peu. La peau reste souple et hydratée, même bronzée. De plus, ces actifs augmentent la résistance des cellules au soleil et les préservent du vieillissement.

Bon à savoir
N’oubliez pas de lire la composition du complément choisi. Les actifs doivent être d’origine naturelle. Notez également que la lutéine, dont on parle beaucoup, appartient à la famille des caroténoïdes, comme le bêta-carotène, mais que son efficacité semble supérieure.

Les couleurs foncées protègent mieux contre les ultraviolets que les teintes claires, alors que le blanc assure une bonne protection contre la chaleur (infrarouges).

Mieux vaut donc imiter les hommes du désert, qui s’enveloppent d’indigo et de noir. A noter également : un vêtement qui a déjà été lavé plusieurs fois a des mailles plus serrées, qui laissent moins passer les rayons solaires.

Enfin, les fibres acryliques seraient plus protectrices que la bonne vieille chemise en coton

Les 3 premiers jours je bronze tranquillement

C’est tentant, et pourtant cela ne sert à rien de s’exposer beaucoup, même les premiers jours. Nos mélanocytes, les cellules produisant le pigment du bronzage, demeurent inactifs tout au long de l’année.
Et ils ont besoin d’environ quarante-huit heures pour  » monter  » à la surface de la peau et la brunir.

Les dermatologues conseillent plutôt de s’exposer par petites  » tranches  » : 2 fois 20 minutes le 1° jour, 3 fois le second, avec une protection moyenne, juste suffisante pour ne pas provoquer de coup de soleil (érythème). Ensuite, et quel que soit le nombre d’heures passées à lézarder, on parvient au top de sa couleur vers le 10° jour.

Mes seins et mes mains restent à l’abri : Le décolleté qui plisse, les taches brunes sur les mains à 40 ans, ça donne un sacré coup de vieux ! Ensuite, il est difficile et coûteux de faire machine arrière.

Les dermatologues conseillent des formules hautement protectrices et teintées, vendues en boîtier compact, qui résistent beaucoup mieux à la transpiration et au bain. Elles empêchent la peau de se fragiliser et limitent l’apparition des marques brunes.

Thé vert et soleil

Encore un truc dérobé aux nomades du désert, qui consomment ce breuvage à longueur de journée. Et, comme par hasard, le thé vert est une véritable mine d’antioxydants.

Leur intérêt ? Ces molécules empêchent les radicaux libres produits par les ultraviolets d’altérer les cellules cutanées. Le thé vert renforce aussi les défenses naturelles de la peau.