Marchander en brocante

Envie de vous meubler mais pas de casser votre budget ? D’avoir des meubles de charme ou des objets à retaper ? Envie d’un intérieur de style ? Prenez le chemin de la chine… Pour cela pas besoin d’aller jusqu’à Pékin mais juste de faire un tour dans les vide-greniers, dans les brocantes ou chez les antiquaires. Or, chez ces marchands un peu particuliers, qu’ils soient professionnels ou amateurs, la négociation est presque aussi importante que l’objet en lui même. Apprenez donc à marchander pour acheter malin et faire de vos achats une vraie partie de plaisir. En brocante, la négociation est une règle qui vous permettra d’acquérir vos lettres de noblesse de chineur. De plus, savoir marchander c’est aussi faire de bonnes affaires. Il vous arrivera parfois de faire tomber le prix de moitié… et vous n’aurez pas perdu votre journée.

Il existe différents types de vente. Les vides-greniers réunissent généralement des particuliers et des artisans, on y trouve de tout mais sauf chance exceptionnelle ne vous attendez pas à y dénicher un meuble grand style. Les marchés ou foire à la brocante mélangent amateurs et professionnels : vous y trouverez à la fois du tout venant et des meubles de style. Les salons d’antiquaire en revanche ne présentent que des meubles et des objets de style. Ils supposent donc un budget nettement plus conséquent. Cependant les règles de la négociation restent à peu près les mêmes quelque soit le type de vente que vous choisirez.

Alors réunissez vos neurones commerçantes, affûtez votre art du bluff, vous allez apprendre à réussir le parcours initiatique de tout mordu de la chine qui se respecte. Ici pas besoin de boulier, l’art de la palabre suffit !

Préparez votre expédition

Pour chiner efficace, commencez par préparer votre expédition. Préparez une liste des objets que vous souhaitez acheter ou qui sont susceptibles de vous intéresser. Prévoyez une liste assez longue et n’hésitez pas à y inclure une liste de bibelots de façon à pouvoir grouper vos achats et faire tomber les prix une fois sur place. Notez tous ces renseignements dans un petit bloc-notes que vous emporterez avec vous ainsi qu’un stylo pour retenir sans problème les différentes affaires rencontrées, les prix et les caractéristiques relevées.

Procurez vous un argus des meubles et bibelots anciens de façon à vous faire une idée du prix de vos achats et de ne pas proposer un prix ridiculement élevé ou trop bas. Notez également les caractéristiques des meubles qui vous intéressent de façon à distinguer le vrai du faux et à ne pas vous faire avoir sur le prix. Si vous ne souhaitez pas en faire l’acquisition, renseignez vous auprès d’amis plus expérimentés que vous ou faites une petite visite dans une boutique d’antiquités ou chez un brocanteur, pour vous faire une idée des prix en magasin. Evitez d’acheter dans une région des meubles ou bibelots typiques de cette dernière, ils sont en effet plus chers dans leur région d’origine que dans d’autres. Fixez vous un budget par objet.

Prévoyez du liquide et un chéquier. Pour faire baisser les prix, mieux vaut pouvoir régler en liquide tout ou partie de la somme. Cependant pour des achats importants, mieux vaut régler par chèque pour plus de sécurité. En effet, un achat en liquide ne laissant aucune trace ne peut être contesté. Emmenez donc également un chéquier.

Partez en équipe. L’idéal pour chiner est de ne pas y aller seul. Non seulement, c’est plus agréable mais nous verrons tout à l’heure comment monter un numéro de duettistes. Partez donc en brocante avec un(e) ami(e) ayant les mêmes intérêts que vous pour la chine et avec qui vous aurez si possible une bonne complicité. Des talents de comédien et un bon sens de la répartie seront un plus. Comparez vos listes d’achat de façon à pouvoir repérer les affaires pour l’un comme pour l’autre.

Partez de bonne heure. Les brocantes commencent généralement assez tôt. L’idéal sera donc d’y être dès l’ouverture au moment où les antiquaires eux même font leur tournée. Pour une brocante, prévoyez d’y être vers 7h30, 8h. Pour un vide-grenier, une heure avant l’ouverture. Pour un salon des antiquaires, à l’ouverture.

Repérez

Ne garez pas votre voiture trop près du lieu où se déroule le marché. Vous la rapprocherez au moment de charger vos achats. Séparez vous de la personne qui vous accompagne de façon à ne pas avoir l’air d’être ensemble. Vous pourrez ainsi échanger facilement des informations et faire baisser les prix. Arrivez séparément.

Faites un premier tour pour repérer les différents objets à vendre.
Si une partie du marché est couvert commencez toujours par l’extérieur c’est là que sont en général les objets les moins chers et les meilleures affaires. En effet, les places intérieures sont plus chères et donc en général achetées par des commerçants expérimentés.

Prenez votre temps, visitez chaque stand avec soin. Si vous trouvez un objet qui vous plaît, observez le attentivement pour repérer les défauts qui pourraient faire baisser le prix, notez les pour pouvoir vous en servir au moment de la négociation. Cependant ne montrez pas d’intérêt pour l’objet, faites une moue dubitative. Faites diversion par exemple, dans la foulée observez avec intérêt un objet qui vous intéresse moins. Demandez les prix, mais gardez un air dubitatif, ayez l’air de trouver systématiquement les objets trop chers. N’oubliez pas pour les meubles de vous enquérir des frais de livraison. Faites remarquer les défauts, posez des questions sur les différents objets.

Repérez les stands sur lesquels plusieurs objets vous intéressent. Le fait d’acheter un « lot » vous aidera considérablement à faire baisser le prix.

Notez les stands proposant des articles similaires et les différents prix proposés de façon à pouvoir faire jouer la concurrence une fois que vous aurez trouvé celui qui vous plaît.

Retrouvez discrètement votre comparse et comparez les infos recueillies. Réajustez vos budgets par objet et fixez vous un budget maximum que vous ne dépasserez pas quoiqu’il arrive.

Selon la taille du marché, accordez vous 1/2h à 1h pour cette phase de repérage.

Négociez

Commencez par retourner rapidement voir les affaires que vous avez repérées. Si certains objets vous ont semblé peu chers par rapport à leur qualité, ne perdez pas de temps. Retournez les voir, observez les bien pour vous assurer qu’ils n’ont pas de défauts. Proposez un prix un peu plus bas. Prenez 10 minutes pour essayer de faire baisser le prix. Si cela ne marche pas, n’hésitez pas, achetez. En effet, s’il s’agit vraiment d’une affaire vous risqueriez de la perdre rapidement au profit de quelqu’un d’autre en quittant le stand. En dernier recours, si vous n’avez pas réussi à faire baisser, proposez un paiement en liquide. Généralement cela marche.

Retournez ensuite voir les stands sur lesquels vous avez repéré plusieurs objets intéressants. Proposez pour chaque objet un prix minimum mais réaliste.

Soyez péremptoire. Ex : « Bon, la table (supposant que son prix est 800E), vous me la faîtes à 500E et je vous prends aussi les chandeliers et la cafetière et vous me faites le tout à 1000 ». Cela risque de faire discuter le vendeur. Remontez doucement objet par objet en négociant pied à pied. N’hésitez pas à abandonner certains objets. Faites ressortir les défauts, vous avez toutes les chances de trouver un juste milieu entre le prix proposé et le prix indiqué. Quand vous sentez que cela ne baissera plus, proposez de payer moitié liquide, moitié chèque contre rabais. Si cela ne marche pas, proposez la totalité en liquide contre rabais : vous verrez cela baisse presque systématiquement. N’oubliez pas de préciser lors de la négociation que vous lui économisez les frais de livraison car vous emmenez les meubles par vos propres moyens (dans la mesure où c’est possible bien sûr).

Si toutefois, cela dépasse le budget que vous vous étiez fixé, partez en signifiant que c’est trop cher et que vous trouverez bien ailleurs. Il est probable que le vendeur vous propose un nouveau rabais. Dans ce cas et en fonction de votre intérêt pour l’objet ou vous acceptez ou vous tentez encore de négocier en sachant que vous n’aurez peut-être pas le dernier mot. Dans ce cas, après ce nouveau rabais, si c’est encore trop cher, précisez que vous n’êtes pas intéressé que vous ne vouliez pas y mettre plus du prix que vous vous étiez fixé (et précisez le) et faites mine de partir. Vous avez une chance sur deux si votre prix est dans les limites du raisonnable.

Si un objet vous plaît vraiment mais qu’il vous semble trop cher, tentez une autre technique. Cela implique cependant que vous soyez jeune (physique étudiant) pour que cela marche. Dites d’entrée de jeu que cela vous plaît vraiment que vous ne voulez pas autre chose mais que vous n’avez pas assez. Prétendez qu’il s’agit d’un cadeau que l’on vous fait, pourquoi pas pour votre anniversaire, et que vous n’avez pas plus et précisez le prix maximum que vous vous étiez fixé. Cela marche généralement plutôt bien aux puces.

Rendez vous ensuite sur les stands sur lesquels vous avez repéré seulement un objet qui vous plaît et qui vous semble trop onéreux par rapport à votre budget. Ayez l’air intéressé mais dubitatif quand au rapport qualité-prix. Négociez le prix si cela ne baisse pas assez à votre goût, partez l’air peu convaincu et dites que vous allez réfléchir. Envoyez votre comparse entre temps. Il adoptera la même technique mais proposera des prix intermédiaires. Fixez ensemble un prix maximum légèrement plus bas que la votre. S’il ne parvient pas à faire baisser autant que vous le souhaiteriez, il abandonne et vous revenez un quart d’heure plus tard à la charge, en prétendant que vous avez vu un objet équivalent sur un autre stand au prix maximum que vous vous étiez fixé. Il y a des chances que vous obteniez ainsi l’objet désiré à l’usure, au prix que vous souhaitez.

Si vous n’avez pas réussi à faire baisser autant que vous le souhaitez, vous pouvez tenter le tout pour le tout. Abandonnez, allez vous promener et repassez au stand en fin de brocante au moment où le brocanteur est quasiment prêt à remballer. Reproposez votre prix, il y a des chances si l’objet n’est pas parti que vous l’obteniez. De toutes façons sinon il sera invendu, vous avez donc toutes les chances que le vendeur vous le cède.

Bien sûr, ces différentes techniques peuvent être utilisées alternativement ou mêlées quand vous serez devenu un pro de la chine… Vous trouverez même certainement votre style.

Vous maîtriserez bientôt toutes les clés et vous verrez que finalement le jeu vaudra bientôt plus que la chandelle… proverbe chineur !