Comment optimiser le rendement de mon poêle à bois?

Découvrez comment réduire ses frais liés au chauffage au bois en optimisant le rendement de votre appareil.

Aujourd’hui le chauffage au bois est la ressource d’énergie la moins onéreuse en comparaison avec les autres ressources énergétique classique comme le fioul, l’électricité ou le gaz.
A travers cet article nous allons vous expliquer comment réduire encore un peu plus les dépenses liés au chauffage au bois.

Qu’est ce que le rendement énergétique ?

Le rendement énergétique est la capacité d’un appareil de chauffage ou d’un matériau à produire de la chaleur. Donc optimiser le rendement énergétique revient à dégager un maximum de chaleur avec un minimum de combustible.
Pour cela, plusieurs facteurs rentrent en compte comme la qualité de l’appareil, le taux d’humidité du bois ou encore l’entretien de votre appareil de chauffage.

Le taux d’humidité du bois
Le taux d’humidité est le pourcentage d’eau contenu dans le bois. C’est une valeur à ne surtout pas négliger pour plusieurs raisons.
En effet la combustion d’un bois humide est fortement déconseillée car elle a un impact économique et environnemental négatif.
Un bois humide fournit environ deux fois moins d’énergie qu’un bois bien sec. Ce qui entraine la consommation de plus de bois pour chauffer un même volume.
De plus la combustion d’un bois dit « vert », autrement dit humide, libère plus de substances polluantes, les fameuses particules fines, ce qui est néfaste pour l’environnement mais également pour les personnes à proximité  respirant ces substances.
Les appareils de chauffage n’atteignent pas toute leur puissance avec un bois humide, et cela lui fait également défaut puisqu’il s’encrasse plus vite. L’installation toute entière se détériore plus rapidement.
Pour rappel tout bois ayant un taux d’humidité inférieur à 20% est considéré comme bois sec, entre 20 % et 25% le bois est mi sec et au-delà le bois est humide.
Pour reconnaître si un bois est sec il suffit d’utiliser un appareil de mesure simple et pratique : l’humidimètre. Cet appareil coûte sur le marché entre 20 euros et 150 euros.

Les essences à privilégier
Autre facteur favorisant le rendement énergétique du bois de chauffage : l’essence du bois à utiliser.
On distingue 3  grandes catégories de bois :
La famille des feuillus durs : chêne, hêtre, bouleau, frêne, charme, etc
La famille des résineux et feuillus tendres : sapin, pin, épicéa, etc
Les bois de fruitiers
Les bois durs ont une combustion plus longue.
Les bois de feuillus tendres ou de résineux qui eux brûlent plus facilement et plus vite, seront plus aptes au démarrage du feu.

L’entretien
Toujours dans l’optique de favoriser le rendement énergétique, un bon entretien de son appareil est fortement conseillé.
Il faut procéder régulièrement au décendrage et au nettoyage de votre appareil de chauffage. Sans oublier le ramonage  bi-annuel des conduits par une personne qualifiée, ce qui est une obligation légale.

La somme de toutes ces bonnes pratiques vous permettra d’augmenter votre rendement et aura une conséquence assez agréable sur votre porte monnaie sur le long terme.