Montebourg joue la relation humaine avec les entreprises

Le mois de septembre n’est pas de tout repos pour notre ministre du redressement productif, qui a par ailleurs été un peu moins vivace avec les entreprises ayant annoncé des plans sociaux qu’au début de son mandat au sein du gouvernement : aurait-il eu quelques instructions pour montrer une relation humaine avec les grands directeurs français ?
Très certainement, car après son discours vindicatif contre PSA, l’ancien Président du Conseil Général de Saône-et-Loire s’est fait beaucoup plus doux… On avait connu Arnaud Montebourg comme le porte-parole des petites gens et surtout des salariés d’entreprises qui n’hésitent pas à lancer des plans sociaux pour, certes, palier à la concurrence de plus en plus rude de notre monde globalisé.
On se souvient de Arnaud Montebourg, le ‘troisième homme’ lors des primaires socialistes derrière François Hollande et Martine Aubry, brandissant son capitalisme coopératif dès qu’il le pouvait et s’insurgeait contre ce qu’il appelait les méfaits de la mondialisation…
Lorsque le groupe PSA avait annoncé quelques 8000 suppression de postes et la fermeture de son usine d’Aulnay-sous-Bois, le ministre du redressement productif avait était intraitable sur le plan social prévu par le groupe automobile Peugeot Citroën : ‘c’est inacceptable’. Sauf que ces derniers jours, le plan social ‘reste toujours inacceptable’ mais que la fermeture de l’usine d’Aulnay-sous-Bois est maintenant ‘inévitable’, même si les conditions du plan social doivent être renégociées…
C’est sûr qu’au sein du gouvernement, on ne peut plus avoir la relation humaine que l’on avait quand on était un peu plus libre de ses actes et paroles… Plus aussi héroïque, le ministre du redressement productif, qui se retrouve dans une mauvaise posture, notamment vis-à-vis des syndicats, qui croient de moins en moins en Arnaud Montebourg pour trouver des solutions à leur licenciement…
La relation humaine entre Montebourg et les salariés va sûrement en prendre un coup… À l’heure où d’autres plans sociaux se profilent, dont celui de Sanofi, Arnaud Montebourg garde le même discours, qualifiant le plan social du groupe pharmaceutique d’inacceptable, mais cette fois-ci, le ministre avoue que le groupe a suivi les instructions du gouvernement ‘en réduisant l’ampleur des suppressions de postes envisagées’.
La relation humaine entre ministre et grandes entreprises, c’est tout aussi important que celle entre dirigeant et salariés, il faut la travailler…