Bronzer sans danger

Le Soleil semble se comporter en ami lorsqu’il efface tous les signes de fatigue et qu’il nous redonne énergie et bonne humeur. Mais, ne vous laissez pas piéger ! Bien sûr, vous avez entendu parler des effets nocifs du Soleil, des risques qui menacent votre peau, mais comment peut-on se priver de soleil quand on l’a tant désiré ? Le tout est une question de mesure. Le Soleil a des vertus bénéfiques qu’il faut connaître mais une exposition répétée et prolongée peut être fatale. Alors comment faire pour bronzer sans danger ? Il est indispensable de bien connaître le fonctionnement du bronzage pour éviter tout incident. Sachez d’abord que le bronzage est un mécanisme de défense. La pigmentation causée par le Soleil, appelée aussi mélanogénèse, est le seul moyen qu’a la peau de se protéger des rayons ultraviolets. Tout bronzage, qu’il provienne d’une exposition solaire ou d’une cabine d’UV témoigne du fait que la peau a subi des dommages. Cela ne signifie pas qu’il ne faut pas bronzer, mais il faut avoir conscience des modifications produites par une exposition au Soleil. La peau synthétise à partir des rayons UVB la vitamine D indispensable à la production du calcium : ceci est donc bon pour votre organisme. Par contre les rayons ultraviolets UVA peuvent être extrêmement dangereux : ils contribuent à la production d’érythème, c’est à dire de rougeurs et favorisent le vieillissement de la peau et le développement à terme de cancers de la peau.

Organisez votre défense

Toutes les peaux ne sont pas égales face au Soleil. Il existe 6 types de peaux, appelés phototypes. Certes, ces catégories sont assez schématiques (un brun peu avoir une peau de roux, un roux mais c’est plus rare une peau de blond ou de châtain…), mais elles vous donneront une première idée des grandes inégalités face au bronzage et des différents comportements à adapter en conséquence.

Le phototype 1 (qui nécessite l’usage d’un écran total) correspond a la peau des roux qui brûle toujours et ne bronze pas ou mal et pour qui l’exposition au Soleil est fortement déconseillée.

Le phototype 2 rassemble les blonds (indice 16 à 24) dont la peau devient facilement rouge au Soleil. Il faudra particulièrement protéger le nez, les épaules, les oreilles et s’exposer très progressivement. Le phototype 3 est le type de peau des châtains aux yeux clairs (indice 10 à 15)
Le phototype 4 correspond au type de peau des bruns aux yeux foncés à la peau mate (indice 5 à 9).
Le phototype 5 rassemble les peaux mâtes de type méditerranéen (indice 2 à 4).
Enfin, le phototype 6 est celui des habitants de l’Afrique Noire dont la peau résiste facilement à l’exposition.

En règle générale, plus votre peau est mate, plus le degré de mélanine est élevé, or c’est la mélanine qui offre une protection contre les radiations. Donc, avant de choisir une protection solaire, évaluez votre résistance au Soleil : elle dépend de votre phototype, de votre état de santé général et de l’intensité du rayonnement solaire.

Avant même de voyager au soleil et dès l’apparition des beaux jours, protégez votre peau. Une promenade en ville au Soleil peut provoquer des érythèmes.

Ne commettez pas d’imprudence

L’exposition entre 12 et 16 heures est extrêmement dangereuse. A midi, le Soleil est à son zénith, et les UV traversent la plus mince couche d’atmosphère de la journée. L’intensité du rayonnement atteint donc son niveau maximal. Ce principe s’applique même à un ciel nuageux, car les nuages ne sont pas des filtres. L’idéal est donc de s’exposer avant 10 heures du matin et après 16 heures. Vous pouvez alors rester sur la plage sans courir de risques. Appliquez de toute façon de la crème toutes les deux heures.

Méfiez vous des temps couverts. Quand les nuages encadrent le Soleil, on reçoit le rayonnement direct et celui réfléchi par les nuages, ce qui équivaut à 10 % d’UV en plus.

La crème solaire n’est pas la seule arme pour se protéger du Soleil. Vous devez également vous munir d’un chapeau et de lunettes qui protégeront vos cheveux et vos yeux des rayons les plus violents. Si vous êtes prudent et que vous vous abritez d’un parasol, restez vigilant. Le parasol protège du rayonnement direct mais vous êtes encore menacé par le rayonnement diffusé par l’atmosphère, le sable ou l’eau. Avec un parasol, on peut néanmoins diviser par deux la dose d’UV reçue.

L’eau ne vous protégera pas non plus des coups de soleil ou des brûlures. Si la réverbération est minime dans l’eau, le sentiment de fraîcheur vous fait rapidement oublier l’intensité du rayonnement et vous aurez donc tendance à moins vous protéger. N’oubliez donc pas d’appliquer une protection solaire résistante à l’eau (« waterproof » en anglais) avant de faire un petit plongeon.

Buvez beaucoup, vous éviterez ainsi de vous déshydrater et d’attraper une insolation. Enfin renseignez-vous auprès de votre médecin si vous êtes sous traitement : certains médicaments (antibiotiques, sédatifs…) font très mauvais ménage avec le Soleil.

Si le Soleil peut être dangereux pour votre santé, il peut également l’être pour votre beauté ! Evitez de vous asperger de parfum avant d’aller au soleil. Il peut former des taches dues à certaines huiles et agents particulièrement réactifs au Soleil. Si vous êtes une femme enceinte, évitez une exposition qui risquerait de laisser le fameux « masque de grossesse », c’est à dire des tâches brunes sur votre visage.

En cas de brûlure légère, appliquez de la biafine. Ce baume que vous pourrez vous procurez sans ordonnance devrait être présent dans toutes les trousses à pharmacie. Attention, cependant à ne pas vous exposer couvert de ce produit : vous brûleriez. En cas de brûlure plus sérieuse, appelez un médecin !