Préparer et déguster un thé chinois

Si les Japonais insistent sur l’atmosphère et les gestes qui accompagnent la cérémonie du thé, les Chinois ont inventé un mode de préparation pour lui donner toute sa saveur. Saviez vous qu’il faut respecter les feuilles de thé, et ne jamais les ébouillanter ? On vous a dit que vous viviez dans un monde de brutes, apprenez donc la délicatesse ! Laissez vos préoccupations de côté pour vous consacrer entièrement à sa préparation, faites le calme autour de vous. C’est le commencement d’un tutoriel entièrement voué au zen… Un peu d’exotisme et d’histoire : parmi les légendes les plus célèbres, l’une d’elle rapporte que l’empereur Chinois Shen Nung faisait bouillir de l’eau à l’abri d’un arbre lorsque quelques feuilles tombèrent dans son eau et la parfumèrent. Selon une autre, un prince indien nommé Dharma, parti en Chine pour y enseigner les préceptes du bouddhisme, avait fait le vœu de ne pas dormir pendant 9 années. Pourtant pris un jour de somnolence, il décida de se punir et se coupa une paupière, celle-ci tomba sur le sol et donna naissance quelques temps plus tard à un théier sauvage.

En dehors de ces mythes, le thé a été introduit en Europe au XVIIème siècle, par la compagnie des Indes orientales. Il y a été connu sous le nom de thé, tea, tee suivant les langues… d’après son appellation te d’un dialecte du sud de la Chine.
Les vertus thérapeutiques du thé ont été démontrées pour combattre l’obésité, les migraines, améliorer la digestion, et réduire les risques de maladies cardio-vasculaires. Dès lors, pourquoi s’en priver ?

Apprenez à choisir votre thé

Les méthodes de préparation présentées ici sont celles utilisées traditionnellement en Chine. Il va sans dire qu’elles ne concernent pas les thés vendus sous formes de petits sachets ou même en boite dans les grandes surfaces, car ce sont des thés récoltés de manière industrielle sans sélection préalable. A titre de comparaison, on ne peut comparer un vin rouge de table et un grand Bordeaux.

Il existe environ 700 sortes de thé adaptés à tous les goûts et à toutes les heures du jour. La préparation et le choix du thé sont un art au même titre que l’œnologie pour rester dans le même ordre de comparaison.

Les plus rares (et souvent les plus chers) sont les thés jaunes et les thés blancs.
Le thé blanc, préparé avec les bourgeons du théier, est un des thés les plus chers au monde, car il se récolte 2 fois par an et fait l’objet d’une préparation délicate. D’une couleur jaune très claire, il dégage un arôme sucré avec une note fruitée sur fond de poire cuite.

Vous pourrez également tester les thés noirs, ou noirs fumés dont les effluves proviennent de leur séchage au-dessus d’un feu de racines d’épicéas. Le Puer est un excellent thé noir aux senteurs de terre humide. Un autre thé noir que l’on trouve facilement en France, est le Tuocha : d’une couleur jaune foncée, il offre un léger goût fumé en plus de la senteur terre humide, et se présente sous forme de nid. Le temps d’infusion est de 2 à 3 minutes.

Les thés verts sont les plus courants : ils se consomment toute la journée ; testez par exemple un Longjin, qui vous donnera une belle couleur vert clair et un parfum d’olives fraiches et de chataîgnes grillées. Son temps d’infusion est de 2 minutes.

Vous trouverez également des thés bleu-vert dont le plus célèbre est le wulong (ou oolong). Il est utilisé pour la préparation du « thé gongfu » que nous allons vous présenter. C’est un thé léger aux saveurs végétales, à faible teneur en théine, et que vous pourrez boire le soir sans risque d’insomnie.

Préparez votre matériel

L’eau :

Utilisez de l’eau minérale (la moins minéralisée possible) ou filtrée. Faites la chauffer dans une casserole ou une bouilloire mais…NE LA FAITES PAS BOUILLIR. Les thés noirs et les Wulong exigent une eau frémissante, et non bouillie, car elle contient encore son oxygène.

La théière :

Que vous la choisissiez en terre cuite, céramique ou porcelaine, elle doit être le plus hermétique possible. Vérifiez que le couvercle est parfaitement encastré sur le dessus. Ne prenez qu’une théière qui ne laissera pas filer les feuilles par le bec verseur. La préparation d’un bon thé veut que l’on n’utilise pas de boule à thé qui empêcherait les feuilles de s’épanouir (un peu de compréhension pour ces feuilles récoltées avec amour !).

Le bateau à thé :

Pour la méthode Kung fu uniquement, utilisez un « bateau à thé » : c’est un plateau rond spécial que vous pourrez acquérir dans un magasin chinois ou de produits exotiques (Pier Import, Tang frères…) mais vous pouvez tout aussi bien utiliser un plateau classique, de petite taille qui permette d’entreposer une petite théière, et quelques tasses. Quant à la petite théière utilisée pour le thé Kungfu, vous pourrez également l’acquérir dans un magasin chinois.

Apprenez la préparation classique

Les feuilles sont vivantes, affirment les maîtres de thé Chinois, elles ont un « qi » c’est à dire un souffle énergétique. Il ne faut donc jamais les ébouillanter ! vous perdriez une grande part de la saveur de votre thé.
Chauffez le fond de la théière quelques instants. Pour cela, versez de l’eau à l’intérieur, puis retirez la : la théière est bien imprégnée de chaleur et de vapeur. Ainsi, les feuilles de thé au contact de la vapeur dégageront tout leur arôme.
Maintenant que votre théière est fumante, disposez au fond une petite poignée de thé oolong. Les proportions sont très variables selon le type de thé. Renseignez vous auprès du vendeur de votre boutique, ou découvrez vous même à l’usage.
Versez d’abord sur les feuilles un peu d’eau à température ambiante, pour les recouvrir, et laissez les s’épanouir quelques instants. Versez maintenant l’eau frémissante dessus.
Calculez le temps d’infusion : variable, il est de 2 à 3 minutes pour un thé rouge ou noir, de même que pour certains thés verts, et jusqu’à 15 minutes pour un thé blanc de Chine.

Initiez vous à la méthode « thé Kungfu »

Le thé « Kungfu » est une pratique traditionnelle où le thé se boit vite, mais non de manière précipitée, puisque les tasses sont minuscules. L’arôme acquiert toute son importance. En la pratiquant, vous vous sentirez véritablement dans une autre ère.
Placez dans le bateau à thé une petite théière et quelques petites tasses (comme pour une dînette !).

Versez de l’eau bouillante (bouillante pour la théière oui, pour les feuilles non !) dans la théière vide jusqu’à ce qu’elle déborde dans le « bateau à thé » dans lequel elle se trouve et jusqu’à ce que la théière et le bateau soient remplis; la théière est chauffée simultanément à l’intérieur et à l’extérieur ; faites de même avec les tasses ; puis jetez toute l’eau du bateau et de la théière.

Prenez les feuilles de thé et remplissez en la théière à moitié. Pour la deuxième fois, remplissez d’eau chaude (frémissante cette fois) la théière et le bateau à thé. Remettez le couvercle de la théière. Cette infusion n’est pas encore votre nectar des dieux : ne la conservez pas, jetez la.

Remplissez de nouveau la théière. Attendez 30 secondes seulement que le thé soit infusé. Placez les tasses presque collées les unes contre les autres, et versez le thé en tournant avec la théière afin de remplir équitablement chaque tasse. Jetez le reste de l’infusion dans le bateau à thé.

Dégustez

Quelque soit le mode de préparation que vous avez choisi, buvez une première gorgée pour tester le thé préparé. S’il est trop fort, jetez l’eau infusée et versez à nouveau de l’eau frémissante sur les feuilles de thé. Si le thé n’est pas assez fort (s’il n’a pas assez de goût), prolongez le temps d’infusion : au lieu de trente secondes, tentez pas exemple une minute. Vous pouvez aussi verser le thé dans une ou deux tasses et le reverser aussitôt après dans la théière pour que les feuilles soient légèrement agitées.
Buvez le thé à petites gorgées. Savourez le lentement, seul ou avec des amis. Ne remplissez les tasses qu’aux trois quarts, ou même à la moitié pour certains grands thés. Ceci permet au thé d’exprimer tout son arôme. Comportez vous comme un « goûteur » professionnel : fermez les yeux, humez les parfums avant de tremper vos lèvres dans le nectar. Très vite vous en retirerez une grande satisfaction.

Vous pouvez faire avec les mêmes feuilles jusqu’à six ou sept infusions. Pour un thé oolong préparé à la manière thé Kungfu, n’oubliez pas que l’infusion ne dure pas plus de 30 secondes.

Nettoyez votre matériel

Essuyez avec une serviette la théière en ayant au préalable jeté les feuilles et en l’ayant juste rincée avec de l’eau. Ne lavez jamais votre théière ni vos tasses avec du produit vaisselle, mais juste de l’eau très chaude. Car le goût du produit vaisselle pourrait spolier l’arôme du thé. Vous voulez être un connaisseur, alors ne gâchez pas tout à la dernière minute !

Utilisez si possible une serviette chaude et propre (du type de celles que l’on vous donne lors d’une fin de repas dans un restaurant chinois, ou dans un avion) qui vous permettra d’essuyer les gouttes tombant de la théière après le service : on fait dans le raffinement ! Au bout de plusieurs infusions, une certaine euphorie peut s’emparer de vous, très agréable. Profitez bien de ce moment de volupté… en silence s’il vous plaît…